Visite au Tchad du Vice-Président de la Banque Mondiale pour l’Afrique

Le vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique, M. Makhtar Diop et le Ministre de l'Economie Mme Mariam Mahamat NOUR

Rencontre avec les autorités tchadiennes et d’autres partenaires techniques et financiers du Tchad

Le vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique, M. Makhtar Diop, est arrivé au Tchad le 10 février 2016 pour une visite de travail de 2 jours. Au cours de ce séjour, le numéro 2 de la Banque Mondiale (BM) s’est entretenu avec le Président de la République Idriss Déby Itno, le Premier Ministre Kalzeubé Payimi Deubet, des membres du gouvernement, des membres du Comité des partenaires Techniques et Financiers et le leadership de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT).

Le vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique, M. Makhtar Diop et le Ministre de l’Economie et du Plan, Mme Mariam Mahamat NOUR

Nous retiendrons que le contexte sécuritaire marqué par le terrorisme dans le sahel et la baisse des cours du pétrole sont à l’ordre du jour de la discussion entre la délégation de la BM conduite par son numéro 2 et les autorités tchadiennes et ses partenaires techniques et financiers. Le nouveau cadre de Partenariat Pays (CPF FY16-20) adopté en décembre dernier a aussi fait l’objet des échanges entre les deux parties. Préparé en étroite concertation des acteurs de développement au Tchad, ce document a été élaboré en vue de soutenir le plan quinquennal de développement du pays sur la période 2016 – 2020. Cette nouvelle stratégie pays cible particulièrement la relance de l’agriculture, de l’élevage et des secteurs de l’éducation et de la santé pour non seulement juguler la crise dont fait face l’économie nationale, mais aussi pour assurer une croissance inclusive au pays.

Inauguration du nouveau siège de la Banque Mondiale au Tchad

La visite du Vice-Président de la BM a été aussi marquée par l’inauguration du nouveau siège de la Banque Mondiale, acquis il y a de cela 7 mois. Une cérémonie organisée en présence de quatre ministres tchadiens (Plan et Coopération Internationale, Finances et budget, Elevage, Economie et développement touristique), de la Représentation locale de la Banque Mondiale au Tchad et de la presse nationale et internationale.

Conférence de presse

L’équipe de la BM a consacré la fin de la mission à l’organisation d’une conférence de presse en présence de Mme la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale, Mme Mariam Mahamat Nour et animée par le Chef de mission. Plusieurs organes de presse ont été conviés à cet évènement dont Tchad Eco.

Le vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique, M. Makhtar Diop lors de la conférence de presse
Le vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique, M. Makhtar Diop lors de la conférence de presse.

Dans sa prise de parole, la ministre du Plan et de la Coopération Internationale du Tchad s’est réjouie de la présence du Vice-Président de la BM au Tchad. Pour elle, cette visite est importante car c’est la première fois que la BM a un vice-président africain et francophone. C’est grâce au leadership de ce dernier que le Tchad a atteint le point d’achèvement de l’Initiative PPTE le 28 Avril dernier. C’est aussi sous le leadership de Makhtar Diop que le pays a bénéficié pour la première fois d’un appui budgétaire de 25 milliards FCFA en 2015 pour juguler les effets cumulés du terrorisme et de la baisse des prix du pétrole.

Prenant la parole Makhtar Diop a indiqué que l’atteinte du point d’achèvement signifie que le Tchad a été en mesure de conduire des réformes économiques. D’après lui, le contexte actuel est particulier en raison de la baisse continue des prix des matières premières (la fin ne serait pas pour demain) et l’insécurité dans le sahel. Dans ce contexte, il faut développer d’autres stratégies en mesure d’amortir ces deux chocs : il est question de rendre la croissance inclusive à travers l’augmentation des financements dans des secteurs à forte potentialité de croissance à savoir l’élevage et l’agriculture.

En ce qui concerne l’insécurité, le Vice-Président a souligné que son institution ne dispose pas d’instruments permettant de financer directement des opérations militaires. Toutefois, il préconise de développer les zones riveraines, seule gage de réduire le chômage et la précarité, ce qui pourrait réduire l’« offre » de candidats au terrorisme. L’utilisation efficace des ressources des Nations Unies prévues pour atténuer les effets du changement climatique est une piste sérieuse de réflexion d’après lui. Cela pourrait se faire à travers le financement des projets à forte potentialité dans les zones riveraines.

Dans l’urgence, la BM s’engage à apporter un appui budgétaire au pays, le temps que toutes les mesures prescrites produisent leurs effets. En plus de l’appui budgétaire, la BM attend appuyer les administrations fiscales à accroître leur rendement, ce qui permettrait de combler le gap créé par la baisse des recettes pétrolières.

La question de comment faire pour tirer profit du dividende démographique n’a été perdu de vue. Ainsi, pour le conférencier, pour rendre bénéfique ce dividende, il faut investir davantage dans l’éducation, la santé, bref dans les secteurs qui rendent ce dividende contributeur à la croissance économique. L’éducation des filles doit se faire en tenant compte de la spécificité des pays d’où il faut travailler au préalable avec tous les leaders d’opinion.

Enfin, Makhtar Diop a beaucoup insisté sur la gouvernance pour rendre les politiques publiques efficaces. Déjà, le volume d’aide de son institution aux pays dépend de la qualité de la gouvernance économique des pays bénéficiaires et ce à travers un indicateur où la gouvernance a une forte pondération.

Aristide MABALI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*