COMMENT SURMONTER LA CRISE ÉCONOMIQUE EN ZONE CEMAC

Le siège de la Cemac à Bangui en RCA

Les économies de la zone CEMAC sont fortement concentrées autour des secteurs pétroliers, miniers et agricoles. À la faveur de l’embellie sur les marchés pétroliers au cours de ces dernières années, des ressources financières ont été accumulées, démontrant d’une part une forte vulnérabilité face au retournement de la conjoncture et d’autre part la nécessité de repenser les stratégies de développement à court, moyen et long terme dans l’optique de rendre durable les performances macroéconomiques et microéconomiques. En effet, l’évolution de la démographie croissante en zone CEMAC et les conséquences qui en résultent à moyen et long terme exigent que les pays membres de la CEMAC s’adaptent aux politiques de développement autre que les ressources minières. Cet état de choses pose la problématique des instruments, outils et divers moyens qui devraient être privilégiés afin de créer la dynamique de la croissance économique. C’est dans ce cadre que les pays membres de la CEMAC mettent en œuvre depuis quelques années, des réformes structurelles pour améliorer le cadre régional économique en vue de renforcer l’intégration sous régionale et de soutenir une croissance durable.

Malgré les mesures prises dans le cadre de ces réformes, pouvant stimuler la croissance, la crise économique persiste dans la sous-région à cause de la chute des produits pétroliers. Seul le Cameroun parvient à surmonter aux contrecoups de cette crise à cause de la diversification de ses produits.

Deux (2) niveaux de contraintes freinent la croissance et donc le développement économique et social dans la sous-région de la CEMAC : le niveau macroéconomique et le niveau microéconomique.

La macroéconomie de la zone CEMAC

La macroéconomie de la CEMAC évolue en dents de scie surtout par rapport aux exportations de matière de base car cinq des six pays que compose la CEMAC sont producteurs de pétrole et donc soumis aux fluctuations de cours de l’or noir. Plusieurs obstacles sont à surmonter en macroéconomie notamment le manque de prévisibilité des politiques publiques en matière d’investissement, la faiblesse des appuis au secteur privé et le coût élevé des facteurs de production.

Le siège de la Cemac à Bangui en RCA

Les politiques menées en matière de promotion des investissements manquent souvent de fiabilité et ne réussissent pas à capter la confiance des investisseurs, nationaux ou étrangers. Certaines dispositions énoncées par les textes règlementaires ne sont parfois pas mises en œuvre, ou le sont de manière sélective (par clientélisme ou tout simplement par manque d’information ou de formation des administrations responsables).

Quant à l’appui au secteur privé, la CEMAC a besoin de stratégies plus volontaristes afin de restructurer le système productif vers des activités à haute valeur ajoutée, générant des progrès de productivité et permettant une montée en puissance plus nette dans les chaînes de valeur internationales. Les filières de croissance sont trop souvent mal encadrées et les chaînes de valeur peu maitrisées. Les échelles de production sont insuffisantes. Les relations entre les grandes et petites entreprises sont quasi inexistantes dans la région. Le secteur privé reste ainsi largement dominé par quelques grandes entreprises peu ouvertes à la concurrence, sclérosant l’activité économique, plutôt que de fonctionner sur la base d’un vaste réseau de PME capable d’innover et de renforcer la compétitivité de la CEMAC. Il importe d’identifier et de soutenir plus fermement les entreprises et les secteurs les plus porteurs, afin de renforcer la compétitivité régionale.

En matière de conduite des affaires, les procédures restent trop complexes et trop contraignantes. Les entreprises sont confrontées à de lourdes exigences réglementaires, sans aucune harmonisation régionale, qui entravent le développement du secteur privé. L’application des règlementations est en outre sujette à interprétation (tant de la part des administrations que des entreprises). Le coût de création d’une entreprise n’incite pas le secteur informel à être en règle et pénalise les sociétés qui ont fait le choix de la légalité. Des charges fiscales contraignantes se concentrent ainsi sur un petit nombre d’entreprises « visibles » et le retour périodique à l’informel fait partie des stratégies de survie économique pour bon nombre des PME. Davantage encore le taux d’imposition pèse lourdement sur le développement des entreprises. Ce cadre fiscal est donc peu favorable à la croissance et à la consolidation du secteur privé. Il importe de réfléchir à une fiscalité qui deviendrait un véritable levier de développement au niveau régional : établir des règles communes entre les pays (pour éviter les distorsions face à l’investissement) ; coordonner les actions de lutte contre la fraude ; élargir l’assiette fiscale et améliorer l’efficacité des administrations (dans la conception, la gestion et le recouvrement de l’impôt).

L’accès aux services financiers reste l’un des plus faibles au monde : les entreprises ont des difficultés à se faire financer alors que les banques sont en situation de « surliquidité». Cette situation résulte de plusieurs explications dont on peut citer certaines : des PME qui sont considérées (à tort ou à raison) comme une clientèle à risque ; de l’insuffisance de projets « bancables » ; du nombre d’entrepreneurs-managers crédibles pour les mettre en œuvre et d’un appui technique aux promoteurs de projets encore trop faible.

A cela, il faut ajouter les coûts élevés des facteurs de production (capital humain, transport, eau, énergie, télécommunications, etc.). Leurs coûts grèvent la compétitivité des entreprises dans l’espace CEMAC et freinent les échanges intracommunautaires, car ces facteurs jouent un rôle majeur dans l’évolution positive de la croissance dans la sous-région.

La microéconomie de la CEMAC

Au niveau micro-économique, on constate une main d’œuvre qualifiée insuffisante du fait de l’inadéquation emploi/formation et une image confuse et souvent négative de l’Afrique Centrale. En effet, l’inadéquation de la main-d’œuvre aux besoins du marché est l’une des faiblesses structurelles de l’espace CEMAC. Le dispositif de formation professionnelle dans la région, basé principalement sur l’offre, est globalement inadapté aux besoins des entreprises. Ces défaillances dans le système public, ne sont que très partiellement compensées par l’offre des structures privées.

Dans ce contexte, l’action au niveau régional prend tout son sens et l’idée de développer un partenariat public-privé autour de la réalisation d’un centre de formation régional aux métiers jugés prioritaires paraît stimulante.

Outre ces deux secteurs économiques qui minent la croissance en zone CEMAC, il faut noter d’autres facteurs non des moindres comme la faible culture de l’entrepreneuriat et de l’innovation, et un dialogue public-privé insuffisant et inefficace.

Il convient de notifier en particulier que le dialogue institutionnel et technique entre l’État et le secteur privé constitue un élément important d’un climat favorable à l’investissement. Il constitue un élément clé dans l’instauration d’un climat favorable à l’investissement. Cependant, dans la plupart des pays de la CEMAC, ce dialogue en est encore à ses balbutiements. Or, les atouts d’un dialogue public-privé consistent à partager un diagnostic commun; se concentrer sur les solutions à court et moyen termes; créer un consensus au sein de chaque camp (public/privé); etc.

Il faut noter qu’actuellement le commerce intra régional représente à lui seul un quart du commerce mondial. Plus de 60% du commerce des pays européens s’effectuent au sein de l’Union Européenne. De même, le développement de l’Asie s’accompagne d’une régionalisation des échanges : la région devient moins dépendante du reste du monde, que ce soit pour ses achats ou pour ses débouchés. Le commerce interne à la zone Asie a ainsi doublé depuis les années 90.

Cependant, le commerce CEMACIEN reste très mitigé. Les échanges intracommunautaires baissent constamment dans les pays membres de la zone CEMAC passant de 12% en 1995 à 7% en 2000 et sensiblement à moins de 2% jusqu’à nos jours (calcul à partir de données de CNUCED et BAD (2010 à 2014)). Cette diminution s’observe en dépit des décisions et des textes politiques établis pour assurer l’accroissement des échanges dans la CEMAC afin d’assurer le développement économique et social.

En tout état de cause, dans la zone CEMAC, la croissance économique soutenue doit être sous-jacente à plusieurs défis majeurs :

  • Défi de la diversification des économies

La CEMAC n’a pas réussi à diversifier son économie, parce que les entreprises industrielles étaient conçues pour de pays de petites tailles. Les coûts élevés qui en avaient résulté, rendaient les produits peu compétitifs ; les marchés nationaux de la zone sont peu importants, qu’il s’agisse de la population ou du pouvoir d’achat en général, ce qui constitue également l’un des principaux obstacles pour les pays essayant de diversifier la structure de la production. La CEMAC apparaît comme l’une des régions au monde présentant le profil économique le moins diversifié et le moins intégré. En dépit de leurs richesses en ressources naturelles, les pays de la région se caractérisent par un faible niveau de développement économique, reflétant une diversification limitée de leurs économies et un secteur privé embryonnaire.

  • Le défi de la double intégration : régionale et mondiale

Ce défi se traduit par une ouverture progressive, mais inéluctable, des frontières, avec comme conséquence une exposition accrue des entreprises nationales à la concurrence internationale. Or, la région est confrontée à la difficulté à se doter d’un secteur industriel compétitif.

  • Le défi de la fragilité des systèmes judiciaires de la région

Tous les pays de la CEMAC sont membres de l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique (OHADA). Les dispositions du traité de l’OHADA prévoient des procédures simplifiées (notamment dans le domaine du recouvrement des créances commerciales) qui ne posent pas de difficulté particulière au niveau légal. Leur mise en œuvre reste néanmoins un véritable défi. La zone CEMAC a besoin d’un cadre juridique, institutionnel et procédural clair et prévisible pour encourager les investissements et créer un climat de stabilité, où les entreprises peuvent rationnellement évaluer les risques, limiter l’arbitraire des décisions de justice et réduire le coût des transactions.

  • Le défi de la complémentarité dans les échanges commerciaux

Chaque pays possède son industrie du bois (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Centrafrique), son huilerie à base du coton, d’arachide ou de palme (Cameroun, Gabon, Tchad), ses usines textiles (Cameroun, Tchad) ; des industries si peu complémentaires et souvent surdimensionnées qui ne favorisent pas le développement des échanges communautaires.

  • Le défi de l’efficacité des politiques de restructuration des économies

Il est constaté une incapacité des Etats membres de la CEMAC à mettre en œuvre de manière efficace et complète les politiques de restructuration des modes de production existants afin de promouvoir le commerce intra-sous-régional ; la mauvaise évaluation des coûts et des avantages liés au commerce intra-sous-régional et ses effets d’entraînement sur l’intégration sous régionale ; l’absence ou l’inadéquation de l’offre des produits fabriqués localement destinés au commerce intra-sous-régional et l’insuffisance des informations sur les marchés des pays voisins et les types de produits commercialisables existants.

  • Le défi de la modernisation du secteur informel

En raison de l’importance du secteur informel, une partie des transactions commerciales entre les pays de la CEMAC n’est pas enregistrée à l’intérieur des zones d’échanges, en particulier dans les zones où les frontières sont perméables. Dans ce contexte, ne faut-il pas vulgariser (institutionnaliser) les échanges intra sous régionaux informels ? En effet, les efforts déployés aux niveaux national et sous régional, pour le développement économique résultant d’une croissance appréciable soutenue, omettent de prendre en compte les activités et le potentiel du secteur informel. Or, il faut tenir compte du secteur informel dans lequel opère la grande majorité des toutes petites entreprises (TPE) de la région. En effet, une très large fraction des petites entreprises et toutes petites entreprises (PE/TPE) travaille en situation informelle, se tenant à bonne distance de l’environnement légal, réglementaire et institutionnel du secteur privé, qu’elles connaissent mal et dont elles ne savent pas tirer le meilleur parti.

Il faut noter que la liste des défis et obstacles décrits présentement n’est ni exhaustive, ni limitative et en somme, pour relever tous ces défis en vue d’espérer sur une croissance forte et inclusive dans la région et son insertion positive dans l’économie mondiale, un certain nombre de conditions de base doivent être remplies par la CEMAC. Il s’agit notamment pour les pays de la région de pouvoir s’ajuster, promouvoir la transformation économique nécessaire, produire et commercialiser de manière concurrentielle ou compétitive. Car, le développement économique dans la sous-région de la CEMAC ne sera couronné de succès que s’il se développe en son sein un véritable marché. La réussite à ce niveau passe par une base productive, dont la nature est déterminante. Elle doit être diversifiée, complémentaire et  compétitive afin de permettre des demandes croisées entre les partenaires et répondre au défi de la mondialisation.

Pour y parvenir, il faut se déconnecter de la logique de la monoculture et développer au sein des pays membres de véritables politiques nationales d’ouverture à vocation sous régionale, plutôt que de subir une ouverture naturelle qui alimente l’intégration verticale.

A propos de l’auteur : Dr. Ngattai-Lam MERDAN est Docteur en sciences économiques de l’Université Jules Verne de Picardie à Amiens. Il est également titulaire d’un diplôme de l’Ecole Supérieure de Commerce (ESC) de Rouen en « études et  marketing décisionnelle ». Il dispense depuis une vingtaine d’années des cours de marketing, d’économie et d’études de marché dans les Universités et grandes écoles d’Afrique centrale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*