Opinion sur la la Vision 2030, le Tchad que nous voulons , le Plan National de Développement (PND 2017-2021) et la table Ronde de Paris pour la mobilisation de ressources

Je voudrais remercier Tchad Eco d’être venu à la source de l’information relative au PND au Ministère de l’Economie et de la Planification du Développement, notamment à la Direction Générale des Etudes et du Plan. Ceci étant, notre domaine est un service public, donc nous travaillons sous les instructions de notre hiérarchie. Comme tel, le travail abattu n’est pas le produit d’une consultation individuelle, ni indépendante. D’où la démarche inclusive qui a toujours prévalu tout au long du processus.

Historique de la « Vision 2030, le Tchad que nous voulons » et du PND 2017-2021

Je voudrais être reconnaissant et rendre hommage à ma hiérarchie qui a bien voulu assurer la coordination et m’a soutenu tout au long du processus. Tout a commencé en juillet 2014, après la conférence de Paris sur le financement du gap du PND 2013-2015, avec l’ancienne Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement, Madame Mariam Mahamat Nour. A travers un Acte administratif, un « noyau dur » restreint fût créé au sein de la Direction Générale des Etudes et du Plan pour mener cette réflexion stratégique pour la première fois dans l’histoire de notre pays et ce, durant six mois jusqu’au lancement officiel par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Après ce lancement, il y a eu le Comité Technique des Experts multisectoriels et multi partenaires, dont je fus le Président et qui a également bénéficié du soutien inconditionnel jusqu’en janvier 2017 à la fois de la Ministre, des anciens Secrétaires Généraux MM. Mahmat Hamid Koua et Keumagne Ignegongba. C’est un défi majeur dans la mesure où il s’agit d’expliciter et de formuler un rêve dans un horizon lointain dans un exercice novateur.

L’arrivée en février 2017 de M. Ngueto Tiraina Yambaye, comme Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement avec M. Sing-Yanbé Barnabas, Secrétaire d’Etat a permis non seulement de relancer les choses mais surtout vu le retard accusé, les travaux se sont accélérés.

La réalisation de la Vision 2030 et le PND 2017-2021 ainsi que le succès de la Table Ronde de mobilisation des ressources pour son financement est à inscrire dans leur actif.

La « Vision 2030, le Tchad que nous voulons » et le Plan National de Développement (PND 2017-2021) trouvent leurs fondements à travers : i) la Vision du Chef de l’Etat, Idriss Deby Itno, Président de la République du Tchad, «Faire du Tchad une puissance régionale émergente à l’horizon 2030»; ii) les aspirations nationales de la population tchadienne (Consultations nationales, régionales et Enquêtes); iii) les engagements régionaux et internationaux notamment l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, les Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030 (ODD 2030) ; et iv) le Programme Politique du Chef de l’Etat pour la période 2016-2020: « ensemble, œuvrons pour un Tchad toujours fort, prospère ».

METHODOLOGIE ET PROCESSUS D’ELABORATION DE LA VISION 2030 ET DU PND 2017-2021

Le document – intitulé «Vision 2030, le Tchad que nous voulons» – est l’aboutissement d’un long processus inclusif, participatif et itératif ayant impliqué, non seulement des experts sectoriels aux profils divers et variés et les Partenaires Techniques et Financiers, mais aussi et surtout la population tchadienne dans toute sa diversité. La Vision 2030 s’énonce comme suit : « Le Tchad, une nation apaisée, unifiée dans sa diversité culturelle, résiliente par son économie transformée et offrant un cadre de vie agréable pour le bien-être de tous ».

Le processus d’élaboration de l’Etude Nationale Prospective, « Vision 2030, le Tchad que nous voulons » et du PND 2017-2021, s’est déroulé en cinq phases, à savoir : (i) les activités préliminaires ; (ii) la construction de la base de l’étude ; (iii) la formulation du scénario normatif et volontariste d’émergence ; (iv) la définition et la formulation des nouvelles orientations stratégiques sur l’émergence ; et (v) l’opérationnalisation de la Vision 2030 (PND).

  • Phase 1 : Les activités préliminaires

Ces activités, débutées en juillet 2014, ont consisté en l’élaboration d’une note conceptuelle, d’une feuille de route et d’un budget et ont abouti au lancement officiel du processus d’élaboration de la Vision 2030 et du PND en janvier 2015. Un Cadre institutionnel de coordination de l’Etude Nationale Prospective « Vision 2030 : Le Tchad que nous voulons » et du Plan Quinquennal 2017-2021 a été créé par Arrêté du Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Ce cadre est composé des ministères sectoriels, des grandes institutions de la République, du secteur privé et de la Société Civile. De manière technique, une équipe de coordination des travaux (ECT) et un comité technique d’experts (CTE) ont été créés. Le CTE est composé de 25 personnes issues des ministères sectoriels, de la Société Civile et du Secteur Privé.

  • Phase 2: La construction de la base de l’étude

Une enquête sur les aspirations nationales a été réalisée par l’INSEED de mai à juillet 2015. De même, une Matrice de Diagnostic Stratégique (MDS) et une Analyse Structurelle (AS) ont été produites par le CTE. Ces analyses ont non seulement permis d’identifier les faits porteurs d’avenir ou germes de changement, les tendances lourdes, les invariants, les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces du pays, mais également de dégager les probables enjeux et défis futurs.

  • Phase 3: La formulation du Scénario normatif et volontariste d’émergence

Cette formulation a été faite à partir de l’analyse morphologique du pays, de scénarii thématiques et des hypothèses notamment en termes macroéconomique, budgétaire, environnemental et démographique.

  • Phase 4: La détermination des orientations stratégiques

Cela a été fait sur la base du scénario volontariste et normatif, conformément aux aspirations du peuple et aux orientations claires et précises des hautes autorités. Elle a permis d’identifier les axes, les sous-axes, les objectifs globaux et les orientations stratégiques de la Vision 2030. Il faut relever qu’initialement nous avions envisagé quatre (4) scénarios : un optimiste, un tendanciel, un pessimiste et un scénario mixte.

  • Phase 5: L’Opérationnalisation de la Vision 2030 (Elaboration du PND)

Le PND 2017-2021 a ensuite pu être élaboré afin de traduire de manière opérationnelle les orientations stratégiques de la Vision. Les experts ont également fait la programmation pluriannuelle (des programmes et projets) pour la période 2017-2021, en tenant compte des priorités exprimées par les départements ministériels d’une part et des perspectives macroéconomiques et budgétaires d’autre part.

Tout au long du processus, le CTE a soumis pour amendements les projets de rapports à l’Équipe Technique de Coordination (ETC) et aux Partenaires au développement. Des validations techniques et politiques de la Vision et du PND ont été faites aux termes des phases clés par les différentes instances institutionnelles ou ad hoc. Ainsi, un atelier de validation technique des rapports de la Matrice de Diagnostic Stratégique et de l’Analyse Structurelle a eu lieu en décembre 2015. Un atelier national de validation technique de la Vision et du PND s’est tenu en octobre 2016 et le comité de pilotage s’est réuni en novembre 2016 pour examiner et validés les documents. Enfin, une équipe multisectorielle et multipartenaire a été mise en place en fin février 2017 pour intégrer les observations issues de ces validations, finaliser les documents, les synthétiser et produire 11 notes thématiques.

Différences entre PND 2017-2021 et anciennes stratégies de développement

Comme vous venez de le constater, le PND 2017-2021 est assorti de l’Etude Nationale à Long terme qu’est la Vision 2030 « Le Tchad que nous voulons ». C’est un exercice novateur au Tchad – en ce sens que, dans toute son histoire, c’est la première fois que le pays inscrit sa dynamique de développement dans une perspective de long terme. C’est la première différence qu’on peut noter.

Ceci étant au moins quatre autres points de divergences peuvent être relevés entre les deux exercices (le nouveau et les anciens), à savoir :

Différence dans les contextes et les perspectives d’élaboration et mise en œuvre

Dans le cadre, par exemple, de l’initiative Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) des années 2000, le contexte (crise d’endettement résultant de la baisse drastique des prix des matières première) qui prévalait, exigeait que les pays admis à cette initiative (mai 2001 pour le Tchad) doivent élaborer leur Document de Stratégie de Réduction de Pauvreté (Stratégie nationale de réduction de la pauvreté 1ère (2003-2007) et 2nde génération (2008-2011) suivant un format presque unique communiqué avec des indicateurs et cibles bien précis (indicateurs IPPTE) en vue d’améliorer les huit Objectifs du Millénium pour le Développement (OMD) d’une part et d’autre part assurer la stabilité du cadre macroéconomique ainsi que d’autres indicateurs économiques et financiers, évalués périodiquement.

Il y a des avantages attachés à cet exercice, dès l’admission (assistance intérimaire). L’Objectif étant d’atteindre le point d’achèvement à l’effet de renouer avec les institutions de Bretton Woods, le Club de Paris et autres bailleurs de fonds, puis de bénéficier de l’allègement ou du rééchelonnement de la dette publique ainsi que des aides budgétaires, dont le Tchad continue d’en bénéficier depuis avril 2015. Aux termes de l’initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM) concernant les Groupes de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement, le pays bénéficie de 100% de l’annulation de sa dette publique à une date butoir convenue préalablement.

Enfin, il faut relever que notre pays avant les DSRP, a eu à élaborer plusieurs plans nationaux, dont l’élaboration de certains n’ont pas été fini d’une part et d’autre part le plan n’a pu s’exécuter jusqu’à son terme. Je citerai pour mémoire : i) le Programme Intérimaire (1964-1965) ; ii) le Plan Quinquennal (1966-1970) ; iii) le Plan Décennal (1971-1980) ; iv) le Plan Quadriennal du développement économique et social (1978-1981); v) Le Programme d’urgence (1983-1984) avec une Table Ronde (Genève, Nov. 1982); vi) le Plan Intérimaire/de Reconstruction (1986-1988) pour la relance des bases de l’économie tchadienne ; vii) le Plan d’orientation « Tchad à l’horizon 2000 » (1991-2000); et viii) le Plan d’Orientation révisé (1998-2005).

Certes, tous ces plans ont permis de faire des réalisations, mais des défis importants changeant suivant le contexte restent à relever. D’où l’exercice de la « Vision 2030 : Le Tchad que nous voulons », comme moyen de les résorber.

Ainsi, le PND 2017-2021 s’inscrit dans cette logique de Développement économique et social durable basé sur l’Agenda 2063 de l’UA et les Objectifs du Développement Durable (ODD), donc d’émergence du pays à l’horizon souhaité.

Différence dans l’approche méthodologique

Trois PND seront adossés à la Vision 2030 pour la rendre opérationnelle. Les anciens Plans et Stratégies de développement ont été conçus dans un contexte particulier, au point que la concertation et l’implication de la population à la base et les principaux acteurs au développement n’ont pas été suffisantes. Leur durée n’a été que de court et moyen terme.

Alors que pour ce PND 2017-2021, on note qu’à travers les consultations et enquêtes sur les aspirations, même si toutes les couches n’ont pas pu s’exprimer, cela a permis la participation et l’inclusion d’une frange d’acteurs, notamment avec son cadre institutionnel inclusif et son processus itératif. Les moyens de communication n’ont pas été assez suffisants à la hauteur des attentes et le Gouvernement en est conscient.

En termes des moyens et outils utilisés (consultations régionales, nationales, enquêtes sur les aspirations au niveau national, Matrice de Diagnostic Stratégique, Analyse Structurelle, méthode scientifique, etc.), ce PND 2017-2021 en a bénéficié largement.

Différence dans le but poursuivi par le PND 2017-2021 et les anciennes stratégies

L’objectif ultime étant de « jeter les bases d’un Tchad émergent dans un climat de stabilité » à travers la transformation structurelle de notre économie nationale avec beaucoup d’exigences au niveau central et local/régional (croissance économique forte et durable, diversification de la production et les exportations, accroitre la compétitivité sur le marché international, accroitre la productivité (intrants notamment main d’œuvre qualifiée), utiliser une technologie avancée, accroitre le bien-être). Le PND 2017-2021 s’énonce ainsi : « Ensemble, œuvrons pour un Tchad toujours fort, solidaire et prospère ».

Différence dans la complémentarité/Continuité d’actions

Relevons que le PND 2017-2021 est basé sur les leçons tirées des stratégies antérieures, notamment le PND 2013-2015. A ce titre, il est complémentaire et s’inscrit dans la continuité d’actions pour le développement économique et social du pays. L’élaboration du PND 2017-2021 s’est faite également de manière itérative. Il reste dynamique sur la période quinquennale retenue avec une revue à mi-parcours prévue en 2019.

PND 2017-2021 et prise en compte des priorités de la jeunesse et du genre

Cette problématique mérite tout son sens, notamment celle relative à la jeunesse. L’émergence de notre pays en 2030 est effectivement pour la jeunesse d’aujourd’hui, dont la majorité sera aux affaires dans cet horizon. Selon le recensement général de la population et de l’habitat (RGPH, 2009), la population tchadienne se caractérise par son extrême jeunesse (51% de la population de moins de 15 ans) et croît à un rythme élevé de 3,5% par an. Comme évoqué ci-haut dans la méthodologie, toute la population, tous les départements sectoriels du Gouvernement ainsi que l’Organisation de la Société Civile et le secteur privé ont été impliqués, chacun à travers ses buts et missions, dans cette Vision 2030 déclinée en politique nationale en matière économique et sociale de la période 2017 à 2021.

Ces jeunes n’ont pas pu valablement participer aux différentes consultations de cette étude, hormis le Parlement des enfants. Outre, les spécialistes du domaine, les parents ont pris leurs responsabilités pour chercher des solutions et un cadre de vie meilleurs à leurs progénitures. Ce qui est de leur devoir, culturellement accepté. Avant d’arriver à cet horizon 2030, l’axe 1 du PND relatif au renforcement de l’Unité Nationale vise à terme à parvenir à une nation unie et créative, les actions à mener sont focalisées majoritairement à l’endroit de la jeunesse, « fer de lance » et concernent la Culture de paix, la valeur citoyenne, la cohésion nationale, les Valeurs culturelles et le rôle de la culture comme levier de développement inclusif.

Cela permettrait d’avoir une jeunesse bien éduquée, créative et dévouée à la fois à promouvoir et à défendre leur pays. C’est également une composante forte de la transformation structurelle recherchée. C’est dire que la jeunesse est au cœur de toute la stratégie de la Vision 2030 et du PND 2017-2021.

La thématique genre qui est transversale a également bénéficié de toute l’attention du Gouvernement, de tous les acteurs nationaux au développement ainsi que des partenaires techniques et financiers de notre pays. La qualité de ces deux documents clamés tout haut par tous les intervenants lors de la Table Ronde de Paris du 06 au 08 Septembre dernier, suivie des annonces au-delà de nos attentes, sont révélateurs de la prise en compte de l’aspect genre dans ces documents.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*